La performance énergétique des habitations est devenue un critère de décision pour les acheteurs ou les locataires.

 

Grâce au DPE (Diagnostic de performance énergétique), ils disposent désormais d’éléments pour évaluer la consommation d’énergie annuelle du logement (étiquette énergie), mais aussi d’une estimation des rejets de gaz à effet de serre (étiquette climat) qui informe sur l’impact environnemental.

Ces deux estimations sont réalisées à partir des factures (méthode sur facture) ou des principes constructifs (méthode conventionnelle) du logement (isolation, matériaux, équipements, etc.).

Le rapport du diagnostiqueur certifié doit aussi comprendre un recensement des leviers d’action applicables pour réduire la consommation d’énergie du logement : recommandations d’utilisation des équipements, modernisation des appareils de chauffage ou de production d’eau chaude, travaux d’isolation, remplacement des portes et fenêtres, etc.

 

Le DPE est à joindre au Dossier de diagnostic technique (DDT) qui accompagne les actes de vente ou les contrats de location de tous les biens immobiliers. Sa validité est de dix ans mais il est recommandé de l’actualiser si, entre-temps, des travaux ou des modifications des appareils peuvent avoir eu un impact sur la consommation d’énergie.